Thérapie, les désastreuses aventures amoureuses de Jean-Baptiste

(1 avis client)

19,00

Les péripéties amoureuses au théâtre de comédie sont souvent considérées comme du théâtre de boulevard, comme s’il y avait quelque chose de honteux à remonter ou flâner sur les boulevards. Cependant, à travers cette pièce, Nicolas Iacobelli a voulu nous faire rire de ses maux avec les mots de toujours. Il a la volonté de permettre à chacun de découvrir ou redécouvrir à quel point les textes de Molière sont toujours contemporains en ce qui concerne l’analyse de notre société et celle de notre intimité. Loin des clichés, Nicolas Iacobelli, souhaite démocratiser notre culture classique en faisant découvrir au plus grand nombre la richesse de l’œuvre de Molière, ses qualités comiques et sa modernité. Les désastreuses aventures amoureuses de Jean-Baptiste peuvent également permettre aux collégiens de découvrir de façon ludique ce monument de la culture française, leur donner le goût de la lecture et du théâtre.

 

UGS : 9782376130819 Catégories : , , ,

Description

Par un après-midi tout à fait banal, Jean-Baptiste Poquelin, allias Molière, se présente dans le cabinet d’une psychologue afin d’entamer une thérapie en vue de résoudre ses problèmes sentimentaux. Ce nouveau patient, qui n’est en rien dans la demi-mesure, est amoureux d’Henriette. Elle l’a quitté et il est désespéré. Face à la complexité du personnage, la psychologue s’imagine déjà faire fortune grâce à une thérapie qui devrait durer de nombreuses années. Jean-Baptiste raconte sa rencontre avec Henriette en illustrant ses propos grâce à des extraits de Dom Juan, des Précieuses ridicules, des Femmes savantes, de Tartuffe, de Georges Dandin et du Médecin malgré lui. Il décrit le stratagème « héroïque » qu’il a élaboré pour la séduire en faisant passer son valet Mascarille pour un « Grand d’Espagne », mais également l’opposition de la sœur d’Henriette à cette union qu’elle juge avilissante, ainsi que le mépris de ses beaux-parents quant à sa condition sociale. Henriette prend pour amant Mascarille et découvre alors le subterfuge de Jean-Baptiste. Souhaitant sauver les apparences de ce mariage, les deux époux se déchirent et Jean-Baptiste sombre dans l’alcoolisme. Toute histoire d’amour est bien singulière et ne ressemble en rien à une pièce de Molière !

Les péripéties amoureuses au théâtre de comédie sont souvent considérées comme du théâtre de boulevard, comme s’il y avait quelque chose de honteux à remonter ou flâner sur les boulevards. Cependant, à travers cette pièce, Nicolas Iacobelli a voulu nous faire rire de ses maux avec les mots de toujours. Il a la volonté de permettre à chacun de découvrir ou redécouvrir à quel point les textes de Molière sont toujours contemporains en ce qui concerne l’analyse de notre société et celle de notre intimité. Loin des clichés, Nicolas Iacobelli, souhaite démocratiser notre culture classique en faisant découvrir au plus grand nombre la richesse de l’œuvre de Molière, ses qualités comiques et sa modernité. Les désastreuses aventures amoureuses de Jean-Baptiste peuvent également permettre aux collégiens de découvrir de façon ludique ce monument de la culture française, leur donner le goût de la lecture et du théâtre.

« Une écriture vive, savoureuse et jubilatoire qui rend un bel hommage au plus grand auteur de théâtre français. Sous la plume de Nicolas Iacobelli, cette histoire folle au ton résolument contemporain offre une série de scènes hilarantes aux ressorts ingénieux que n’aurait pas renié notre cher Molière » ‒ Laure Gasson, Directrice de la Grange Dimière ‒ Théâtre de Fresnes (94)

1 avis pour Thérapie, les désastreuses aventures amoureuses de Jean-Baptiste

  1. LauryB (client confirmé)

    Quel plaisir ! quelle impertinence d’esprit, quel bel amoureux des mots !
    À lire et relire sans modération pour se remémorer l’oeuvre de l’auteur originel !
    Par le détour d’un cabinet de psy, Molière nous dévoile une facette que nous ne connaissions pas, sinon son éternel humour.
    C’est frais comme une journée de déconfinement, aussi lumineux qu’une perruque bien lustrée et ça ne demande qu’à être mis en scène.
    On s’attend parfois de la psy qu’elle empreinte la célèbre réplique de la marquise ” Vous aurez beau faire Monsieur, vous n’aurez jamais mon cœur. – Je ne visais pas si haut, Madame “.
    Merci à ce nouvel auteur à qui je demande de me surprendre encore !

Ajouter un Avis