Cap de l'Étang Éditions



Cap de l’ étang éditions



 

Un éditeur indépendant avec des outils du futur

Une équipe à votre disposition

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.

Nos trois nouveautés du mois : Idylles de Narbone (Zaïna Folco), un nouveau livre de notre série d’Idylles (Après Sète et Toulouse), Sonnet de l’Amour obscur (Federico Garcia Lorca)  et  Dans la forêt d’hermine, D’Auvergne et de grâce entrelacées (Monique-Marie Ihry)

Idylles de Narbonne, de Zaïna FOLCO

Un livre pour déambuler au gré des vestiges d’une ville, Narbonne, qui nous entraîne de l’Antiquité romaine à sa modernité. Un petit guide poétique pour raconter l’histoire de ceux qui ont construit la ville de Narbonne, l’ont habitée, animée depuis le IIe siècle avant notre ère. Après avoir été un port, une ville romaine, le Moyen Âge s’est installé et la vie a continué son cours pour offrir aujourd’hui une belle cité à découvrir et où il fait bon vivre.

Zaïna Folco, écrivain biographe, poétesse et lectrice, a parcouru la vie en passant par la poésie des mots et des corps en mouvement. Danseuse et chorégraphe, elle affirme que la pluridisciplinarité permet de s’ouvrir à l’autre, de s’ouvrir au monde.

Dans la même série, les Idylles de Sète et de Toulouse

Sonnets de l’amour obscur, Sonetos del amor oscuro de Federico García Lorca, traduction en français de Monique-Marie Ihry

L’ouvrage Sonnets de l’amour obscur est composé de 11 sonnets écrits entre 1935 et 1936, à un moment où le poète déclarait lors d’une interview la nécessité de revenir au classicisme. Ils devaient à l’origine faire partie d’un recueil plus conséquent, mais le poète n’eut pas le temps de mener à bien ce projet, car il fut assassiné en 1936, soit peu de temps après leur composition. Ce recueil fut publié à titre posthume pour la première fois en Espagne en 1983 dans une édition dite « pirate » et restreinte.

L’œuvre est dominée par l’« obscur » d’une relation amoureuse délicate, car « hors norme », plongeant le poète dans une angoisse existentielle vraisemblablement sans issue. Pablo Neruda écrira en 1968 au sujet de ces poèmes qu’ils « sont d’une ineffable beauté ». À la richesse du style se mêle l’émotion, rajoutant au charme intemporel de ces poèmes d’amour dominés par l’ombre de l’impossible.

La publication de cet ouvrage entend rendre hommage à ce grand poète dont l’œuvre avortée, mais conséquente, figure au panthéon des plus illustres poètes.

Dans la forêt d’hermine (sous-titre : D’Auvergne et de grâce entrelacées) de Monique-Marie Ihry

« Sur la table de Noël s’était invitée l’absence »… L’automne et l’hiver s’enchaînent, malmenant la nature, lui conférant cependant une inégalable beauté. La poète se souvient avec mélancolie du charme bienvenu de ces hivers d’enfance où la neige venait illuminer le cœur en souffrance. De nouveau, le deuil a frappé, l’enfant n’est plus… Le cœur meurtri demeure insensible aux beautés des paysages d’hiver.

La narratrice partira se réfugier dans une maison d’Auvergne, une vieille demeure au charme indéniable, fatiguée elle aussi par les ans et dont elle s’évertuera à panser les blessures. Dans ce confort relatif, près de la cheminée, elle retrouvera une paix inespérée la confortant dans le désir de renaître au présent.

 

Monique-Marie Ihry est auteure d’une cinquantaine d’ouvrages, dont 23 recueils de poésie. Sa poésie, intimiste, romantique et militant pour la Paix, a été récompensée par de nombreux grands prix de poésie. Elle est également traductrice et illustratrice.

Mots enfouis

Le narrateur, la cinquantaine, travaille sur une installation sonore à partir d’archives orales de témoins de villages engloutis.

Ce travail de modelage, à partir de toutes ces voix, va peu à peu faire surgir des secrets enfouis inattendus.

Et si, au détour de ces écoutes de témoignages individuels, il s’autorisait à entendre enfin sa petite voix intérieure lui parler de sa propre histoire, et découvrir que chaque parcours de vie porte en lui son lot d’universalité ?

Oralité, littérature, « Oralittérature » : tous ces livres jamais parus.

L’histoire universelle de l’exil, de l’amour d’un territoire, des paradis perdus, des terres promises, et des pages blanches, au cœur d’une histoire personnelle.

Quand l’intime touche au sublime…

Paul Monnier :

musicien des mots, metteur en son, auteur compositeur, enseigne la médiation et la communication sensorielles en études supérieures. Paul est aussi un grand écouteur de voix glanées ici et là, podcasteur.

Jean-Pierre Mader :

mise en musique originale, dans la ligne directe de son accompagnement artistique de Ute Lemper, Philippe Léotard ou Dick Annegarn. Extrêmement connu pour ses tubes nombreux et la tournée « Stars 80 », toujours en cours.

Pascale de Rességuier :

designer, artiste peintre et créatrice vidéo (a conçu tout l’univers graphique). Poète graphique.

 

Dictionnaire du Tango et du Lunfardo, Cours de poésie du tango

Couverture du dictionnaire du Tango et du Lunfardo

 

L’objectif de ce livre est de mettre à disposition du public francophone les outils pour comprendre les paroles des tangos. Non content de servir de cours de littérature, l’ouvrage donne aussi des informations pratiques sur l’histoire, la culture et la richesse émotionnelle du tango.

Si on vous dit « Tango », vous pensez à la danse, à la musique… Mais pensez-vous à la poésie ? Dans la plupart des styles de musique du monde, d’habitude, les chansons qui servent à danser possèdent des paroles banales. Les chansons sérieuses exigent un public assis, entièrement consacré à l’écoute. D’autre part, la musique raffinée rejette les paroles qui demandent de l’attention et surtout déteste la danse. Dans le tango en revanche, la musique sophistiquée, les paroles exigeantes et le plaisir corporel de la danse se rejoignent en un même instant.

Pedro Ochoa

Né à Buenos Aires, Pedro Ochoa s’est appliqué à l’étude du tango tant sur le plan pratique que théorique. Il a remporté le Championnat de Tango de la ville de Buenos Aires (2011) et il est par ailleurs diplômé en tant que professeur de piano au Conservatoire National de Buenos Aires (2004). Il est en outre auteur de l’ouvrage Tango y cine mundial (2003), et a été Membre de l’Académie Nationale du Tango (2000-2013).

Cécile Boucris

Après des études de Lettres à Grenoble (2000), Cécile Boucris décide de monter sur les planches et se lance dans une carrière artistique. La pratique du théâtre combinée à l’amour des mots l’amène à écrire des adaptations d’œuvres dramatiques pour des enfants et des jeunes, puis des contes, des monologues, et finalement une comédie musicale.

Récits et contes de mon jardin

Avez-vous déjà vu des poissons rouges s’enfuir ? Ou entendu un sanglier parler ou un chien jouer du ukulélé ? Vous est-il arrivé de rencontrer un keskeujféla ? Vingt histoires courtes, certaines fantastiques, la plupart drôles, sont racontées dans cet ouvrage qui réjouit les petits autant qu’il fait rire les grands enfants que nous sommes restés.

Nadine Agostini

Écrivaine, poétesse, co-créatrice de revues de littérature (Carte Noire, BEBE)… Depuis près de quarante ans, Nadine Agostini participe à des manifestations poétiques et littéraires (en France comme à l’étranger), donne à entendre des lectures performancielles, s’implique dans les écritures et les créations plastiques des autres. Elle écrit aussi des journaux de festivals, des notes de lectures, des chroniques d’humeur, des textes polymorphes et publie dans de nombreuses revues. Certains de ses textes ont été adaptés à la scène par des compagnies théâtrales, d’autres ont été traduits dans de nombreuses langues.

Le cadeau pour noël

Le dictionnaire Capestanais,

Bitterois, Narbonnais, Saint-ponien

Nous aurions pu donner à cet ouvrage le nom de Dictionnaire occitan, nous avons préféré le titre moins général de Dictionnaire capestanais. Voici la deuxième édition complétée et augmentée. Après plusieurs centaines d’exemplaires vendus de la première édition, cette nouvelle version augmentée et revue semblait nécessaire du fait de la découverte de nouvelles sources fiables.

Que le lecteur ne se trompe pas, ce dictionnaire n’est pas exclusivement destiné aux habitants de la ville de Capestang, il est à destination de tous. Nous abordons Capestang, mais aussi les communes voisines, ainsi que celles ayant eu une relation étroite sur le plan historique avec cette ville. Vous trouverez des éléments appartenant à la culture occitane et locale, des descriptions de bâtiments locaux et afférant à l’histoire du triangle compris entre Béziers, Narbonne et Saint-Pons.

Par ailleurs, pour ne citer que quelques éléments, le voyageur pourra également découvrir quelques anecdotes et des recettes de cuisine locale. Ces dernières sont de nos jours l’objet de concours culinaires à Agde, Nîmes ou Sète.

Cet ouvrage s’intéresse également à trois éléments et témoins importants marquant la vie occitane : les monuments classés, la vie de tous les jours dans le monde occitan et le petit patrimoine. C’est un témoignage vivant de deux cultures qui s’entrecroisent depuis des siècles : la culture méditerranéenne (romaine, grecque, arabe et phénicienne) et celle venue du Nord (gauloise et celtique). Il dépasse donc les frontières du triangle dont le centre est Capestang.

Si vous souhaitez compléter vos connaissances au sujet de cette culture méridionale et connaître la région du Sud-Ouest héraultais, le Dictionnaire capestanais est fait pour vous !

Hier la rivière

« On entendait parler du barrage, mais sans y croire vraiment ! »
Raymonde Mangane
« Les Acadiens, quand ils ont été expulsés en Louisiane, on a appelé ça « le grand dérangement. Et bien, pour une famille, c’est un grand dérangement au niveau de la famille, c’est un joli mot. Il y a un passé, il y a un vécu, etc, qui disparaît pour jamais et qui n’est pas remplaçable »
Patrick Hénault
« Ah, mon grand-père, c’est bien simple : « je ne partirai pas ! ». Et on l’a porté au cimetière 6 mois après ! »
Jeanine Courtault
« Hier, la rivière »
Marcel
« Nous avons 3 tombes familiales encore maintenant, un caveau dans le rocher, sous la chapelle. Et d’ailleurs, moi, je souhaiterais être enterré là, pour marquer le lien de la famille avec cet endroit ! »
Patrick Hénault
« Non, j’aime mieux pas en parler, vous voyez ? Ça me… ça, c’est resté sombre, très sombre ! »
Raymonde Mangane
« Vous savez, dans l’ensemble, tout le monde a été bien exproprié, c’est pas le problème. Tout le monde a pu se racheter une ferme, même peut être plus importante que celle qu’ils avaient, ça il faut dire les choses comme elles sont, mais rien ne remplace son chez soi, hein ? »
Jean-Louis Louradour
« Écoutez, merci : pour moi, ça a été un moment émouvant : vous m’avez forcé à une sorte de catharsis que je n’avais jamais faite. Voilà. Alors si ça peut être utile à d’autres, mais en tout cas le lien, pour ma famille comme pour les autres, est toujours là. Je crois qu’on peut conclure là-dessus ! Enfin pour moi. »
Patrick Hénault

« Depuis là-haut, sur la colline,
Je regardais les flots monter
Et engloutir jusqu’à la cime
Les arbres, les toits, mes secrets.
Je devenais, sur cette rive,
Un enfant déraciné
Portant en lui cette dérive…
Elle était belle notre vallée. »

Crédits : Projet initié à partir du fonds d’archives “Patrimoine Barrages et Habitants. 100 témoignages oraux de la Vallée de la Dordogne et ses 5 grands barrages” (réalisatrice Armelle Faure, anthropologue, Archives Départementales de la Corrèze, Archives Départementales du Cantal et EDF). Voix des témoins dans “Hier, la rivière”, par ordre d’apparition : Raymonde Mangane, Patrick Hénault, Jeanine Courtault, Micheline Lestrade, Patrick Hénault, Raymonde Mangane, Jean-Louis Louradour, Patrick Hénault. Enregistré aux studios de Jean-Pierre Mader et Paul Monnier, prises de son finales au studio 52 (Michel Vergine). Mix par Djoum. Instruments additionnels : Jean-Pierre Soulès (french horn), Laurent Faucheux (batteries), Oswald Rosier (guitares). Jean-Pierre Mader : voix, guitares, basses, claviers. Paul Monnier : paroles et voix.
Dictionnaire Capestanais 2024

Son premier livre est une vraie merveille

Un abécédaire sur ses œuvres ….

Nulle éclipse

Abécédaire

  

 

Couverture du livre de Flora de Negroni

 

Flora de Negroni, originaire du Cap Corse, est née et a grandi dans un univers intellectuel privilégié avec un père sociologue et écrivain, une mère professeure de linguistique, et comme parrain un certain Jean-Edern Hallier. Elle écrit des textes poétiques et peint depuis l’enfance.

Elle a une formation en philosophie et enseigne le français, tout en ne cessant pas de peindre.

Plusieurs de ses œuvres ont été exposées lors de manifestations collectives, à Paris, New York, Londres et Berlin.

Nulle éclipse est un abécédaire mêlant textes poétiques et dessins réalisés par Flora de Negroni. Cet ouvrage est à lire et à voir, comme des brèches de lumière qui résistent à la marche agitée des choses de cette époque.

La joie, la joie de connaître, la joie d’aimer, la joie de se mêler à la beauté du monde, comme des instants de contemplation qui échappent à l’injonction au divertissement.

 

Un témoignage sur le livre de Flora de Negroni

Nous publions un nouveau livre de Patrick Espoto

Le festin d’outre-nuit

Une véritable aventure poétique …

Couverture du livre, le festin d’outre nuit

Le recueil de poésie Le festin d’outre-nuit comprend 2 livrets : « Les voix de nos années » (32 poèmes), « Les chaînes de la nuit » (38 poèmes). Ils relatent tous des souvenirs de rencontres et de lieux éphémères qui ont jalonné mes nuits d’errances à la recherche de nouvelles sensations, d’identités et d’atmosphères.

Ces livrets mélangent le tout dans un ballet d’impressions diffuses et de sentiments divers, balançant entre regrets, espoirs, souvenirs et rêves inachevés. Images d’identités croisées au hasard dans les refuges nocturnes où nous aimions retrouver nos Reines de Nuit et nos amis d’un soir.

 

L’auteur est né et a toujours vécu à Marseille. Il a commencé à écrire des poèmes à l’âge de 12 ans. Ensuite il s’est tourné vers la Science fiction thème sur lequel il a écrit de nombreuses nouvelles ainsi qu’un roman.

Ayant vécu de longues années en marge, son roman se déroule dans le monde de la nuit et des paumés. Depuis, il a publié 7 recueils de poésie : Les fiancées d’automne, Les îles noires, Les voix oubliées, Les larmes de la nuit, La génération vaincue et La rue aux visages et Le festin d’outre-nuit.

Après le succès de son précédent roman, voici

Les yeux d’Aurore

 

Couverture du livre Les yeux d’Aurore

 

Jeune médecin plein d’avenir Paul voit sa vie bouleversée par une trahison professionnelle comme il en existe souvent hélas dans certaines professions. Après quelques jours de réflexion, il décide alors de changer de vie, mais il ne pouvait pas imaginer ce que cette décision allait signifier pour lui. Une nouvelle région, de nouvelles rencontres, un nouvel amour, mais aussi de la jalousie, des mensonges  récents mais aussi anciens qui vont changer sa vie et aussi celle des autres personnages de cette histoire étrange. Rien ne manquera à cette nouvelle tranche de vie ; la vie, l’amour la mort et l’espoir. Au cours de ce nouvel épisode de sa vie Paul va retrouver la terre natale de sa mère et certaines personnes qui l’ont bien connu, peut-être mieux que lui. Il va connaître cette atmosphère chaleureuse et accueillante que peuvent donner les belles régions de France. Pour lui ce sera les vignes et les collines odorantes d’Occitanie. Cette parenthèse de quelques années va changer le jeune médecin à tout jamais.

Un témoignage émouvant …

Addicts

Ce livre est à la fois un témoignage poignant et un récit sur l’alcoolisme, décrit comme fléau et échappatoire par l’auteur. Ce livre peut aider des personnes, qui pourraient s’y reconnaître, s’identifier à l’auteur, et avancer dans leur parcours de vie et de soins. Également, ce recueil questionne la place de l’alcool dans la société qui est la nôtre, la facilité avec laquelle on peut sombrer dans une addiction, pour s’enfuir, échapper à une réalité trop abrupte pour quiconque, en particulier pour des personnes sensibles ou ayant une fragilité génétique. « Addicts » est aussi le conte d’un parcours difficile, celui de l’auteur, à la fois personnel et familial. Cela vient donc questionner la génétique. En outre, cet ouvrage pose diverses questions telles que la prise de conscience, élément déclencheur d’un départ vers le thérapeutique. Traitant de l’autodestruction, de la capacité des « addicts » à sombrer au plus profond, cet ouvrage est l’espoir même pour l’auteur de permettre à quiconque d’entrer en parcours de soin, d’avoir la chance de pouvoir provoquer ce déclic et de rendre espoir aux « addicts ». Aussi, il permettra aux personnes ayant des images de jugements, ou avis erronés parfois très durs, de découvrir avec un œil plus tendre, une histoire difficile, celle de la dépendance. Avec l’espoir de ne plus jamais entendre : « sale alcoloo »…

Couverture Addicts Rabotin

Hélène Rabotin est écrivaine, née en 1990 à Senlis. Auteur de deux recueils de poésie publiés intitulés Ceux et Jusqu’au bout de rien, son ouvrage Addicts fait suite à une partie de sa vie, où le désespoir fit la loi pendant quelques mois. Hypersensible et à fleur de peau, ses écrits sont parfois fatalistes, mais, par ce recueil, elle ouvre la porte de l’espoir et du soleil qui renaît.

Nouvel ouvrage de Régine Nobécourt Séidel

Eros en rit encore

 

Quand Poésie, Amour, Érotisme riment avec Fantaisie, Humour et Féminisme, c’est le couple à travers le regard et l’écriture de la Femme-Poète amoureuse dans la fulgurance de l’instant qui s’impose. Tout est dans le mot, l’image suggérée, la métaphore. Des instants intenses, vibrants. Une vision féminine du corps masculin dans une histoire d’amour clandestine et singulière. Dans l’urgence de la guerre, une rencontre. Un homme en désertion et une très jeune femme combattante de la clandestinité et c’est l’éblouissement d’un premier et fulgurant amour décuplé par les nécessités de la guerre qui, pourtant, n’est que suggérée en filigrane. C’est la découverte de la volupté amoureuse dans toute son intensité par une sensibilité féminine exacerbée par l’urgence des rares instants de retrouvailles toujours trop courts.

 

Née dans un petit village de la vallée de la Somme, Régine Nobécourt Seidel passe une grande partie de sa carrière en Picardie en tant que professeure agrégée en Lettres Modernes, puis rejoint le sud de la France où sa mère a passé ses premières années. Les images lumineuses de ce Sud ont illuminé par le truchement de la légende maternelle les ciels brumeux de Picardie. Elle écrit par passion depuis toujours puisqu’elle en fit son métier, mais ne publie hors des circuits professionnels qu’à partir de 2009. Poésies, nouvelles, livres d’artistes avec sa nièce peintre, livres pour enfant et humoristiques jalonnent sa production littéraire.  Elle anime depuis 2013 un café littéraire mensuel, des rencontres-lectures de poésie et des ateliers d’écriture hebdomadaires.

Monique-Marie Ihry vous propose son nouveau recueil de poésie illustré

Nuits de porcelaine

Ce nouveau recueil de Monique-Marie IHRY intitulé Nuits de porcelaine est composé de poèmes écrits sur le thème de la nuit, ce moment les amants se retrouvent enlacés dans une même passion. Qu’elles soient « de Sèvres », « de jade » ou « d’épines », ces nuits évoquent à la fois la beauté et la vulnérabilité du sentiment amoureux. Les bras de l’étreinte deviennent parfois éphémères, car un « je t’aime » suspendu à des lèvres gourmandes ne désire pas s’inscrire dans le futur. Sans promesses, les nuits acquièrent peu à peu la fragilité d’une porcelaine. Elles se fondent dans l’ébène des ténèbres, ont la dureté du jade ou se parent des épines de la rose…

 

La poète aime éperdument, vibrante de passion, elle joue de sa plume délicate, sensuelle, et conjugue le verbe aimer à tous les temps du possible. Rien ne parvient à briser son profond attachement envers l’amant qui demeure absent malgré ses ferventes prières. Comme l’on ne peut s’échapper de l’antre de la mort, la douleur perdure. L’absence de l’être aimé, la solitude, nous offrent des poèmes romantiques magnifiques d’aisance et de sensibilité.

Amour, mort, nature et beauté : un quatuor de charme faisant de cet ouvrage un nouvel écrin d’élégance.

Patrichellerie

Mots d’éclipse

Aphorismes

 

Mots d'éclipses

Mots d’éclipses, livre d’aphorisme de Patrichellerie

 

Alors que les splendeurs de la langue française glissent vers le champ mondial des langues écornées, alors que la parole, l’image et la musique exultent dans la noosphère digitale, les Mots d’Éclipse sont est une succession de 168 vagues d’environ 900 aphorismes traitant des hommes et des femmes en ce début de 21ème siècle. Avec une écriture poétique précise, originale et exigeante, l’auteur observe le monde humain avec lucidité, ironie, détachement et compassion.

Patrichellerie (nom d’usage de Patrick Bachellerie) a fait carrière en tant que Conseiller dans le monde politique, de la haute administration, de deux grands groupes économiques français et d’une importante organisation internationale dépendant de l’ONU. Il est l’auteur des Icônes de l’Instant (plusieurs centaines d’aphorismes), préfacé par Jean-Edern Hallier, ainsi que de divers textes sur la Propagande ou les Réfugiés. Il a contribué á l’ouvrage  La Rencontre de l’Ingénieur et du Philosophe (Éditions d’Organisation) en tant que Secrétaire Général du Groupe de réflexions des anciens élèves de Polytechnique. Ex enseignant à HEC, Patrichellerie vit, désormais, en milieu rural, au centre d’une île au sud des Baléares.

Le portrait de la couverture est celui de Georg Christoph Lichtenberg. Ce philosophe et physicien allemand est connu par le nombre très considérable de pensées publiées de façon posthume par Albert Leitzmann sous le nom d’Aphorismen. Les aphorismes de Patrichellerie se situent dans cette lignée.

Un livre original et audio

flasher le Qrcode

ou tapez le lien dans votre navigateur

Vous entendrez les sons concoctés par l’auteur

 

Voici un autre Qrcode

 

Marc Deotte

Comme on regarde

De la construction photographique à l’instant décisif

 

Comme on regarde

Couverture du livre de Marc Deotte

Ce livre de photographies et de textes explicatifs ne se veut pas que didactique.

Il doit être le lien, en partant de 50 photographies très diverses, entre ce qu’est la composition en photographie, avec ses règles bien établies, et ce que veulent nous dire ces images.

Pour cela, dans ce livre, vous trouverez quelquefois des photographies très peu « académiques », floues, décentrées ou incongrues ; mais elles sont oeuvres personnelles pour une autre formulation des acquis.

En attendant, continuons de regarder notre monde avec une immense curiosité et ne remettons pas nos yeux dans nos poches !

Un livre pour connaitre des techniques photographiques

 

Paule Elisabeth Oddero et Elisabeth Castoriano

Quatuor d’Altitude

Bilingue Français Hébreu

 

Paule-Élisabeth Oddero chemine avec ses mots poétiques sur les hauts lieux des montagnes. Sa jubilation des sommets transforme ses chemins en chemin de vie où le temps devient une exaltation des moments vécus où son regard vient s’illuminer de l’hébreu dans la plénitude du sens ouvert.

Élisabeth Castoriano traduit ces mots-là en traits, d’un travail à l’encre noire, comme la dentellière tisse chaque point pour donner aux lieux une beauté de l’infini. Ces encres donnent une force à ce Quatuor d’Altitude.

Ce livre est bilingue Français et Hébreu

Nouvelle traduction de Federico Garcia Lorca

Le divan du Tamarit  (Diván del Tamarit)

   Le recueil de poésie Le divan du Tamarit du poète espagnol Federico García Lorca (1898-1936) paru en 1940 et composé de « gacelas » et de « casidas » fait référence à la tradition arabe. Cet ouvrage ayant pour toile de fond la ville de Grenade chère au cœur du poète, la nature et ce jardin du Tamarit appartenant à son oncle où il aimait venir se ressourcer, est une œuvre majeure sous le signe de l’amour et surtout celui de la mort. Amour et mort : deux notions indissociables lorsque la vie demeure impitoyable pour l’enfant, l’innocence bafouée, l’être incompris, meurtri…

  La poésie de Federico García Lorca demeure intemporelle, car elle nous permet de comprendre en partie ce monde troublé de sensations et cette perplexité dans laquelle nous évoluons au quotidien. Amour, mort, émotion… Sa poésie émeut, bouleverse.

 

Traduction de Monique-Marie Ihry

Deux livres d’Andrea Genovese

Idylles de Sète

Andrea Genovese écrit Sète. Ce grand écrivain-poète a posé son talent et ses mots sur notre île singulière. Sa poésie est une peinture des ruelles et une ode à la vie de notre cité. Ses mots parlent de culture, de beautés féminines, de la Méditerranée et des bateaux qui emportent avec eux tant d’espérances. Il raconte notre été, ses lumières, son farniente et ses tenues légères. Lui, le Sicilien, porte sur notre ville de Sète son regard charmé par nos illustres artistes qui, encore aujourd’hui, lui murmurent des songes. Il entend nos musiques des soirs de fête, il aime notre mer, nos canaux et nos pêcheurs. Il est chacun de nous, rêveurs, qui, au petit matin calme, découvrons les jeux du soleil qui se lève et tamise les quais.

Andrea Genovese a publié aussi  Idilli di Messina et Idilli di Milano chez l’éditeur italien editrice Fungipoto

  Idylles de Toulouse

Idylles de Toulouse, Andrea Genovese

Couverture

 

   Grâce à un professeur de Lettres italiennes toujours évoqué avec émotion et reconnaissance, ses années de lycée à Messine ont été marquées par la découverte de la poésie des Troubadours, poésie lyrique et courtoise à laquelle puiseront ultérieurement Dante, puis Pétrarque. Andrea Genovese est indubitablement un écrivain de la Méditerranée, un poète de l’amour, du désir et de l’érotisme, un héritier des troubadours occitans connus et appréciés en Sicile dès la fin du 12ème siècle.

Il entretient, à l’évidence, un rapport très personnel avec les villes. Tout d’abord celles, fort nombreuses, dans lesquelles il se rendit pendant de longues années, en tant que critique d’art, dans le but de visiter des expositions temporaires présentées par des musées et d’en rédiger des articles de compte-rendu pour la presse et notamment la rubrique Arte du quotidien italien Corriere della Sera. Mais aussi ces villes qui jalonnent et tissent sa biographie :  Messina, Milano, Lyon, Sète, Toulouse.  Ses recueils successifs d’idylles – Idilli di Messina et Idilli di Milano, puis Idylles de Sète et Idylles de Toulouse – sont autant d’invitations à regarder ces villes que l’on traverse et où l’on séjourne.

En 2011, un colloque intitulé La Magnolia perduta fut consacré à son œuvre à l’Université de Messine. Judith Malla écrit : « il y a chez Genovese du Dolet, du Gryphe (acéré), de la Belle Cordière et surtout du Rabelais. Rire, drôlerie et invention verbale inépuisable ». Andrea Genovese définit sa vie comme une Odyssée minime (Odissea minima, titre de son premier recueil de poésie paru en 1964), et affirme souvent « Tout sicilien naît en état de guerre », « Comme tous mes compatriotes, j’ai un tempérament théâtral, la tragédie dans le sang. Un des fondateurs du théâtre moderne n’est-il pas Pirandello ? ».

 

 

Mesures préventives de José María MOLINA CABALLERO, traduction en français de Monique-Marie Ihry

Mesures préventives est un ouvrage très bien structuré divisé en 4 chapitres encadrés par une introduction et un épilogue et composés respectivement de dix poèmes. Ces quarante-deux poèmes très suggestifs, fluides et mélodieux révèlent une grande personnalité et une force expressive qui enquête sur les territoires profonds de l’âme, de la mémoire, du temps qui nous rattrape et nous dévore avec ses victoires et ses blessures, en creusant dans les insondables questions de l’être humain. Ils s’apparentent à une sorte de jugement dans lequel on distingue un compromis éthique et esthétique qui réussit à captiver l’attention du lecteur. Mesures préventives est un recueil de poésie composé avec une structure métrique rigoureuse et parfaitement aboutie. Par ailleurs, une grande force expressive, une cohérence et une unité thématique caractérisent cet ouvrage.

 

Nous percevons le fil conducteur et l’unité de l’ensemble à travers les titres des poèmes suivants : « Enquêtes préliminaires », « Jugement oral », « Témoin protégé », « Contestation », « Liberté provisoire », « The scene of the crime», « Recours en appel », « Le litige de tes pas », « Ordonnance d’éloignement », « Ordonnance », « Preuve documentaire », « Délit de sang », « Comparution », « Affaire en cours », « Jugement définitif »…

Tout ceci confirme l’originalité et la qualité littéraire de cette œuvre remarquable, qui grâce à ses mérites évidents, excelle dans le panorama actuel de la poésie.

Pour conclure, Mesures préventives est un ouvrage excellent, tant sur le plan de la forme que du contenu. Il a été nominé en 2022 pour le Grand Prix Andalucía de la Crítica. Il a par ailleurs reçu l’éloge unanime de la critique littéraire.

Poésie Chirale  de François Szabó

Le recueil de poèmes Poésie Chirale de François Szabó est un ensemble cohérent et délicat, d’une exigeante vision et d’une fertile imagination, c’est aussi une somme poétique, un parcours onirique, une voie merveilleuse dans le concert des œuvres de la planète et la résultante d’une passion ininterrompue pour les arts du verbe et de la représentation. Ce qui ne cesse de bruire est la permanence de la tendresse, ressac infini de la passion et horizon sans nulle fin.

 L’Accomplissement amoureux de François Szabó est aussi publié chez le même éditeur

 

Poez’y !

d’Evelyne Berruero

« Je ne quitte pas mon hublot des yeux

Le soir tu fais la lessive

Et moi je regarde tes eaux brassées d’une belle écume

Que l’on croirait azurée par une boule de bleu

Achetée à la Droguerie de Marine»

(Poème extrait du recueil Poez’y !)

Son héros poétique : Arthur Rimbaud. « Il a tout bousculé » dit-elle. Sa douceur poétique : Marcelline Desbordes-Valmore, « tellement humaine ». Son ouvrage de référence : Lettres à un jeune poète de Rainer Maria Rilke.

Poez’y ! est une invitation légèrement injonctive à découvrir la poésie dans sa diversité.

Poez’y !

Evelyne Berruero, née en 1958, publie là son premier recueil de poésie, fruit d’une longue maturation et d’un travail suivi de plusieurs années en ateliers d’écriture. Son expression s’affirme et se diversifie grâce à sa participation à de nombreux concours de nouvelle et de poésie. Les prix reçus sont un encouragement à poursuivre ce chemin d’écriture. Elle publie également certains de ses textes dans des revues de poésie.

Son goût pour l’écriture naît dès l’adolescence. Elle écrit, elle consigne, journal, nouvelles…

« Dites vos tristesses et vos désirs, les pensées qui vous viennent, votre foi en une beauté. Dites tout cela avec une sincérité intime, tranquille et humble. Utilisez pour vous exprimer les choses qui vous entourent, les images et les objets de vos souvenirs ».

(Extrait de Lettres à un jeune poète de Rainer Maria Rilke)

Persistances

Un nouveau livre d’Eric Brouet

 Livre Brouet Peristances

La poésie d’Éric Brouet nous plonge dans un univers en clair-obscur éclairé par une conscience malheureuse, mais qui ne s’avoue pas vaincue. « On n’est jamais trop mort, juste vivant pas assez »  écrit l’auteur.

 Ainsi, dans ce recueil pouvant apparaître comme des chants de mélancolie profonde, résonne au fil des pages un chant d’amour.

 En version papier et sous forme d’e-book

Persistances, livre d’éric brouet

Les trois champs

de Teresa Wilms Montt, traduction de Monique-Marie Ihry

 

Teresa Wilms Montt (1893-1921) est une poète chilienne de talent qui dut lutter inlassablement pour se faire une place dans l’espace littéraire dédié exclusivement aux hommes en ce début du XX° siècle latino-américain. Ce recueil Les trois chants publié en 1917 est avant tout un très beau chant lyrique consacré à la nature qui est présente à tout moment, dans la joie, et surtout lorsque la peine et l’angoisse viennent opprimer davantage un cœur déjà bien soumis aux plaies infligées par la vie. C’est également un hymne à l’amour, à la mort, son refuge attendu, son baiser de l’oubli…

Thérapie

Un nouveau livre de Nicolas Iacobelli …

 

Les péripéties amoureuses au théâtre de comédie sont souvent considérées comme du théâtre de boulevard, comme s’il y avait quelque chose de honteux à remonter ou flâner sur les boulevards. Cependant, à travers cette pièce, Nicolas Iacobelli a voulu nous faire rire de ses maux avec les mots de toujours. Il a la volonté de permettre à chacun de découvrir ou redécouvrir à quel point les textes de Molière sont toujours contemporains en ce qui concerne l’analyse de notre société et celle de notre intimité. Loin des clichés, Nicolas Iacobelli, souhaite démocratiser notre culture classique en faisant découvrir au plus grand nombre la richesse de l’œuvre de Molière, ses qualités comiques et sa modernité. Les désastreuses aventures amoureuses de Jean-Baptiste peuvent également permettre aux collégiens de découvrir de façon ludique ce monument de la culture française, leur donner le goût de la lecture et du théâtre.

 

« Une écriture vive, savoureuse et jubilatoire qui rend un bel hommage au plus grand auteur de théâtre français. Sous la plume de Nicolas Iacobelli, cette histoire folle au ton résolument contemporain offre une série de scènes hilarantes aux ressorts ingénieux que n’aurait pas renié notre cher Molière » ‒ Laure Gasson, Directrice de la Grange Dimière ‒ Théâtre de Fresnes (94)

La Bastide Haute

Un nouveau roman de Claude Duval Monthurel

La Bastide Haute

Ce retour dans les années soixante au cœur de l’Occitanie nous plonge dans une histoire ensoleillée ayant toutefois sa part d’ombre et de suspens…

Les cailloux de l’Atlantique

Un nouveau livre de Jean Hincker …

Le livre «  Les cailloux de l’atlantique » est le cinquième opus photographique sur la nature de Jean Hincker qui avait obtenu en 1992 le prix Reuter et le prix de la meilleure parution de l’année (attribuée au Sunday Times Magazine) pour son reportage : « péril dans la forêt ». La nature reste pour l’auteur un de ses domaines de prédilection. Après des ouvrages sur la forêt et les végétaux il récidive avec  des portraits photographiques de galets, glanés sur la côte aquitaine. Il nous montre à travers  son imaginaire la beauté cachée et les expressions singulières de ces petits cailloux qui roulent, dociles et abandonnés, sous les pieds des promeneurs. Les textes du poète et de l’homme de science qui accompagnent ces images racontent à leur manière le parcours de la roche. Le caillou devient ici la vedette qu’il faut mettre en avant, sans artifice ni maquillage.

 

 

Au sujet de la maison d’édition

 Le siège des Éditions “Cap de l’Étang” se trouve dans la ville de Capestang (Hérault-France).

 

Les lecteurs qui aiment nos publications

De nombreux lecteurs et des journalistes aiment nos publications :

” Un livre magnifique, il a été mon plaisir des vacances ! “ 

(Laurence Triuc | Montpellier)

Nombre d'ouvrages en cours de publication

%

Nombre de manuscrits reçus publiés

%

Lecteurs satisfaits

Rencontrer l’équipe

 

Si vous avez un projet d’ouvrage, si vous voulez en savoir plus sur un ouvrage, si vous voulez nous commander des ouvrages, l’équipe est à votre disposition.

 

BRUNO SALGUES

Editor, Founder, CEO

Éditeur, Fondateur

MONIQUE-MARIE IHRY

Directrice, Management des Auteurs

Director, Autor Manager